Menu

Aimez-vous Brahms?

7 — 15 novembre

Le son romantique, c’est lui. Entre les mains de Brahms, l’orchestre, le piano acquièrent les couleurs que nous leur connaissons.
Héritier spirituel de Beethoven, il étend l’horizon de la « musique absolue ». Mais le géant est
aussi homme de secrets, voire de paradoxes. Héraut du sublime, il écrit volontiers valses et chansons. Élevé à Hambourg dans la tempérance nordique, il laisse partout jaillir une passion débordante, inexorable.
Aimez-vous Brahms ? Au fait, lequel ? Le compositeur montre tous ses visages à la Cité musicale-Metz, lors de ce temps fort conçu autour de Geoffroy Couteau. Pianiste en résidence pendant plusieurs saisons à la Cité musicale-Metz, ce dernier a enregistré à l’Arsenal l’oeuvre pour piano et la musique de chambre de son musicien fétiche.
Accompagné par l’Orchestre national de Metz, il interprète le premier Concerto pour piano, dans un programme où s’affirme l’influence beethovénienne. Au monument symphonique répondent des élans chambristes. Avec ses compagnons de route et partenaires au disque, le chantre du clavier brahmsien présente un concert en trio, un autre en quatuor et en quintette. Pour compléter ces chefs-d’oeuvre instrumentaux, Léo Warynski et l’ensemble Les Métaboles donnent les Liebeslieder Walzer. Aussi rares que délicieuses, ces danses vocales chantent l’ivresse du désir. Aveu d’un être aimant, qui ne demande qu’à être aimé.



PASS
Vous souhaitez assister à plusieurs spectacles ou concerts de ce temps fort ?
Pensez au Pass Aimez-Vous Brahms !

haut de page