Menu

Djazaïr, mon amour

25 — 28 novembre

Après l’Italie et la Pologne, c’est sur l’Algérie, autre pays très lié à l’histoire de la Lorraine, que la Cité musicale-Metz zoome cette saison.
Entre tradition et modernité, les artistes y tracent les jalons de demain en révélant les lignes de fracture. Avec son sixième album (Oumniya), mélange de chaâbi et de folk, Souad Massi se fait l’écho de la contestation qui touche son pays, mêlant l’intime d’une rupture amoureuse aux enjeux de renouveau, politiques et sociétaux. 
Plus introspective, la chorégraphe Nacera Belaza s’inspire quant à elle des pulsations universelles des danses traditionnelles algériennes, en quête d’une essence du mouvement et de la force intérieure qui le guide.
Et pour commencer, les voix des Filles de Illighadad s’associent aux percussions et à la guitare, un groupe épatant qui oscille entre tradition et modernité.

Les spectacles de Nacera Belaza et de Souad Massi sont présentés dans le cadre de Bérénice, un réseau d’acteurs culturels et sociaux en Grande Région pour lutter contre les discriminations, soutenu par l’Union européenne dans le cadre du programme Interreg VA Grande Région.


+
Conférence
« La France des Belhoumi » avec Stéphane Beaud
samedi 28 nov. 16h, Arsenal – Entrée libre
En partenariat avec le Forum-IRTS de Lorraine.

+
Rencontre
« La mélancolie du maknine » avec Seham Boutata
samedi 28 nov. 18h, Arsenal – Entrée libre
En partenariat avec le Forum-IRTS de Lorraine.


PASS
Vous souhaitez assister aux trois spectacles de ce temps fort ?
Pensez au Pass  Djazaïr, mon amour !

haut de page