Menu

Loïc Guénin

Le compositeur Loïc Guénin est né en France en 1976. Depuis plusieurs années, il conduit une recherche personnelle sur le son, l’écoute et l’écriture musicale contemporaine. Il travaille notamment sur la relation entre les architectures, les environnements naturels et urbains mais aussi sociologiques et sonores et le sens de l’écoute développé par chacun.

Cette recherche approfondie lui a permis de développer une notation graphique provenant d’un collectage minutieux effectué sur les lieux qui lui passent commande. Cette recherche touche de nombreux domaines d’expérimentation (musique de création, danse et écriture chorégraphique, photographie et liens aux paysages…) qu’il s’évertue à faire interagir dans une démarche singulière. À partir de 2010, ce processus de recherche a fait naître une série d’œuvres intitulée Walden en référence à l’ouvrage éponyme de Henri David Thoreau.

En 2005, Loïc Guénin a fondé le Phare à Lucioles, structure dédiée aux écritures contemporaines très active sur son territoire rural et isolé du Mont Ventoux. Chaque année, il organise un festival et de nombreuses actions pédagogiques innovantes, repérées et soutenues par la Sacem, la DRAC PACA et les collectivités territoriales.

Poursuivant son travail de défricheur, curieux de générer des rencontres artistiques pluridisciplinaires, la production de ses projets s’est considérablement amplifiée, passant de la musique instrumentale à la danse contemporaine, de la photographie à l’électroacoustique, de l’installation sonore à l’œuvre plastique, abordant avec la même rigueur des univers aussi apparemment éloignés que les musiques du monde, la création contemporaine, la noise ou le drone expérimental.

La démarche de Loïc Guénin se situe dans une construction collective et participative qui doit permettre de toucher un public avide d’expérimentations ou plus simplement de rencontres et d’échanges. Sa collaboration avec la Cité musicale-Metz portera une attention particulière à l’espace, à l’architecture et aux formes conceptuelles émanant de manière naturelle de tout écosystème, il s’attache à en relever la matière intrinsèque dans une relation permanente entre art et vie.

Vous aimerez !

haut de page