Menu

annuler-recherche

Exposition Arsenal

11 juin > 12 sept

Sketch, de l'esquisse au graffiti

Le graffiti-writing nait au milieu des années 1960, lorsqu’une poignée de gamins des quartiers populaires de Philadelphie et New York commencent à signer les murs de leur prénom ou de leur pseudonyme. Un jeu mêlé de compétition gagne alors toute la ville. Il s’agit de s’imposer, à la vue de tous, partout où c’est possible, mais surtout de se démarquer par le style et l’originalité de l’écriture. Au début des années 1970, les writers, tels qu’ils se nomment eux-même, se déploient sur le réseau métropolitain et les flancs du métro sont rapidement saturées de signatures. Afin de sortir du lot et d’être lisible sur un support en mouvement, les lettres s’agrandissent jusqu’à parfois recouvrir toute la paroi d’un wagon. On parle alors de style-writing : Il ne s’agit plus d’écrire son nom, mais de le dessiner.
Les lettrages gagnent en sophistication, la couleur explose. L’arrière plan s’agrémente de motifs et de personnages, le plus souvent empruntés à la culture populaire. Dessiner son graffiti en amont devient un impératif pour tout writer soucieux de parfaire son style.
Les sketchs (comprenez l’esquisse du graffiti dessinée sur papier) font partie intégrante du processus de création, jusqu’à devenir au fil du temps une discipline à part entière du style-writing. Ils restent cependant très peu connus du grand public et constituent une partie des archives secrètes de ce mouvement. En quelques traits, souvent en noir et blanc, il définit les grandes lignes d’une piece, le socle du graffiti qui sera peint sur mur ou sur la paroi du métro. C’est pourquoi, les writers, qui peignent généralement dans l’illégalité, ne conservent pas systématiquement leurs sketchs qui sont une pièce à conviction, voire une preuve contre soi.
 
L’exposition Sketch offre une plongée inédite dans les archives secrètes du graffiti.
À travers plus de 200 œuvres, qui sont autant de pièces à conviction, cet évènement dévoile une pratique totalement méconnue de ce mouvement : le dessin, de l’esquisse préparatoire à l’œuvre d’art. Déployée sur plus de 280 m², l’exposition permet de découvrir l’étendue, la richesse et l’importance du dessin dans le graffiti à travers un parcours découpé en cinq chapitres (L’esquisse préparatoire – La guerre des styles – Les blackbooks – L’art du sketching) et un ensemble exceptionnel de plus de 200 œuvres qui retracent plus de trente ans du graffiti français. Entre photographies, œuvres originales, carnets de croquis, vidéos et interventions in situ, Sketch dévoile au spectateur les archives secrètes du graffiti, encore jamais présentées au public.

Commissaires d'exposition : Valériane Mondot / Taxie Gallery et Myriama Idir.


Toncé © Exposition Sketch Courtesy Taxie Gallery

 

Galerie d'Exposition



Ouverture du mardi au samedi : 13h - 18h
dimanche : 14h - 18h
Fermeture les lundis et jours fériés.

Entrée libre

 

Vernissage : vendredi 11 juin à 18h

haut de page